Témoignages de nos utilisateurs sur leur changement d’alimentation

Bonjour à tous !

 

Chez Vegg’up, nous pensons que tout le monde peut changer d’alimentation et transitionner vers une alimentation plus végétale.

Malheureusement, ce type de régime alimentaire donne souvent l’impression d’être inaccessible et ce phénomène a un coupable: les réseaux sociaux. En effet, voir à longueur de journée des repas végés parfaits sur Instagram, on a tendance à se dire que bien manger est réservé à un petit groupe de personnes prêt à passer des heures en cuisine. 

Ce constat nous frustre. Nous voulons vous montrer un visage différent de l’alimentation végétale. L’alimentation végétale est accessible à tous et n’a que des avantages. C’est pour cela que nous avons mené une petite enquête: certains de nos utilisateurs se sont portés volontaires pour répondre à nos questions sur leurs habitudes alimentaires. Les résultats (que vous découvrirez dans la suite de cet article) sont surprenants, mais ils sont surtout le reflet de l’expérience de vraies personnes.

Notre objectif est de démocratiser l’alimentation végétale, de montrer qu’il est accessible à tout le monde de changer d’alimentation. Le parcours pour changer d’alimentation n’est pas tout rose et chacun y va à son rythme. Et nous espérons que lire à propos des vécus de personnes ayant déjà sauté le pas, en aidera d’autres à faire de même !

 

18 utilisateurs ont accepté de se prêter au jeu et de nous raconter leur expérience.

Nous avons donc 9 végétariens, 5 flexitariens et 4 végétaliens. La majorité d’entre eux était encore en transition vers un autre type d’alimentation, leur objectif était un régime alimentaire avec encore moins de produits d’origine animale.

Pour beaucoup d’utilisateurs, leur changement d’alimentation est survenu depuis moins de 2 ans.

Nous avons également quelques exceptions qui ont changé d’alimentation depuis plus de 20 ans, ce qui montre bien que le végétarisme n’est pas un effet de mode, mais bien une prise de conscience globale sur notre façon de consommer. Sur les 17 témoignages que nous avons recueuillis, les utilisateurs ont décidé de changer leur alimentation depuis 5 ans ou moins.

 

Les raisons d’un changement sont toujours propres à chacun.

Les raisons qui ont poussé nos utilisateurs à changer d’alimentation sont très nombreuses puisqu’elles sont propres à chacun. Pour beaucoup, la souffrance animale, la santé personnelle et la cause environnementale ont été les éléments déclencheurs d’un changement d’alimentation. Laëtitia nous dit « [Avant de changer d’alimentation] J’ai eu une période où je tombais malade pratiquement tous les mois ou un mois sur 2. Je me suis dit que quelque chose clochait et qu’il fallait y remédier. »

Le prix de la viande et son goût sont également à l’origine d’une réduction de sa consommation. Marie nous confie: « Je n’ai jamais aimé la viande qu’elle soit rouge ou blanche donc initialement c’est une histoire de goût, puis quand j’ai eu mon indépendance (départ du foyer familial) j’ai pu éradiquer totalement la viande et à la longue c’est devenu par conviction. »

Toutes ces raisons se rejoignent avec le fait de ne pas être honnête avec soi-même, car pour beaucoup la consommation de viande  se traduit par une contradiction des valeurs personnelles de nos utilisateurs. Isabelle avoue: « J’ai toujours été sensible a la souffrance animale. Et il y a un an j’ai voulu être en accord avec mes convictions. Cela commençait à me peser d’être hypocrite envers moi-même : j’aime les animaux mais je les mange. »

 

Changer d’alimentation ne se fait pas en un jour pour beaucoup, il faut passer par certaines étapes, certaines restent encore à surmonter.

La partie pratique de la transition, l’arrêt ou la réduction de la consommation de viande, se passe très différemment en fonction de chacun. Certains de nos utilisateurs ont arrêté de manger de la viande du jour au lendemain. Pour Isabelle, « Arrêter la viande et le poisson a été très facile. » La transition de Chrystel « a été subite et totale puisque j’ai arrêté tous les produits d’origine animale d’un seul coup. » Virginie a « arrêté la viande du jour au lendemain. J’ai mis un peu plus de temps à arrêter de manger du poisson mais après quelques mois, c’était fait. »

D’autres sont en transition depuis plusieurs mois et ont franchi un palier, et attendent un peu avant de franchir les suivants. C’est le cas de Julie, qui a « commencé par arrêter toutes les viandes sauf poulet et poisson mais c’était surtout pour « faciliter » la vie à mes amis et famille lorsqu’ils m’invitaient à dîner ».

Il n’y a pas une seule façon de faire, chacun a sa manière de gérer sa transition alimentaire.

 

Changer d’alimentation est un choix personnel qu’une grande partie de la population a fait (selon une étude Xerfi sortie en 2017, 35% de la population française sera flexitarienne en 2020), néanmoins cette décision est souvent accompagnée de difficultés.

Beaucoup de nos utilisateurs insistent sur le fait que le plus difficile en changeant d’alimentation a été leur entourage, qui peut avoir des remarques blessantes. Isabelle nous confie qu’elle a « l’impression qu’être végétarienne autorise le monde entier a scruter et juger mon assiette. » Marie nous dit que « la difficulté principale a été et reste mon entourage. J’essaye de faire passer mes idées et de les faire respecter mais ce n’est pas toujours évident, d’où le fait que je continue de consommer du poisson pour le « côté pratique » dirons-nous. »

Certains utilisateurs insistent sur le fait que certains produits animaux leur manque, surtout au moment des fêtes. Selon Amélie, « le plus difficile pour moi ça a été dur d’arrêter le saumon fumé, et les fastfoods… mais maintenant on trouve tellement d’alternatives, je m’en passe sans problèmes ! » De plus, pour les personnes en transition dans de petites villes, il peut être difficile de trouver des alternatives à la viande comme des steaks de soja, ce qui entraîne une autre difficulté, le fait de devoir cuisiner plus et préparer ses repas à l’avance.

Enfin, la dernière difficulté mentionnée par nos utilisateurs est le fait de devoir se renseigner sur la nutrition, pour pouvoir adapter ses apports nutritifs, après une réduction de consommation de protéines animales. Pour Jean-Michel « la difficulté a été de trouver comment compenser les protéines animales. », tandis que pour Chrystel « Mes difficultés par rapport à ce régime alimentaire c’est surtout un gros questionnement autour d’un manque de vitamines ou de minéraux et comme je fais du sport, j’ai toujours peur de manquer d’énergie, mais finalement je me sens très bien dans ce choix et ne me sens pas plus fatiguée que n’importe qui d’autre. »

 

La transition alimentaire s’accompagne de nombreux effets positifs.

Nos utilisateurs nous répondent: une écrasante majorité de personnes pour qui la forme physique a été améliorée ! Laëtitia se sent “beaucoup mieux niveau santé et physique. Mon système immunitaire est renforcé, je suis plus énergique.” Delphine quant à elle, ose dire que “pour la première fois de ma vie, je me sens épanouie et en harmonie parfaite avec mon corps, mon esprit et mes convictions.Je n’éprouve plus aucune frustration lors des repas. Je suis heureuse de découvrir de nouvelles saveurs, j’ai l’impression de voyager.”

L’amélioration la plus notable est qu’ils se disent tous plus en accord avec eux-mêmes et leurs valeurs. Léopold était “dans une contradiction que je n’arrivais pas à assumer. Je n’étais pas en adéquation avec mes convictions, je manquais de cohérence. Aujourd’hui, je suis mes convictions. Je ne mange plus de viande. C’est déjà une grande étape dont je suis fier !”

Néanmoins, une poignée de nos utilisateurs se disent fatiguées après la transition, à cause d’un manque de rééquilibrage de nutriments et d’apports caloriques. Valérie est “plus fatiguée en étant devenue vegan j’avoue au début ce fut assez difficile,mais maintenant ça se passe très bien….”

Enfin, le fait d’avoir découvert de nouveaux aliments et d’avoir repris goût à la cuisine revient très régulièrement parmi nos utilisateurs: ils s’intéressent de nouveau à leur assiette et prennent un réel plaisir à manger ! Isabelle se sent « au top !  J’aime me régaler en me disant qu’aucun animal n’a souffert pour mon plaisir. Et je suis absolument ravie de réapprendre à cuisiner. J’ai toujours aimé ça et végétaliser mes recettes fétiches est un challenge que j’aime relever. »

 

Pour les personnes qui hésitent à sauter le pas, nos utilisateurs ont plusieurs conseils tirés de leurs expériences personnelles.

Le premier est que avoir envie de changer d’alimentation est le premier pas vers la transition, c’est déjà bon signe !

Isabelle vous conseille : « Ne vous mettez pas la pression. Allez a votre rythme sans perdre de vue votre objectif. N’hésitez pas à venir discuter avec des personnes qui ont déjà sauté le pas ( les réseaux sociaux en sont plein). Renseignez vous tout de même sur les carences éventuelles. »

L’astuce de Marie « Tentez le challenge 1 mois et vous constaterez un mieux-être ! »

Selon Amélie, « Si vous hésitez à sauter le pas c’est que qqch vous gêne dans votre alimentation actuellement, donc n’hésitez plus ! Il y a tellement d’informations aujourd’hui sur les régimes végéta*iens que vous ne pouvez pas ne pas trouver de solutions aux obstacles qui vous bloquent 🙂 mais chacun reste libre de ses choix. »

Ensuite, l’important est de se renseigner en regardant des documentaires (Cowspiracy ou Earthlings par exemple), et surtout d’y aller à son rythme afin de ne pas être frustré et abandonner. Si possible, passer le cap avec un partenaire est sans doute une grande aide. Virginie nous dit que “Pour ceux ou celles qui veulent sauter le pas, je dirai qu’il faut aller à son rythme, suivre ses convictions et faire abstraction de tout ce que l’on peut vous dire…” Selon Marie-Amélie, la clé est de “Bien se renseigner avant, ne pas abandonner au premier soucis. Ne pas y aller trop brusquement,  s’autoriser des rechutes tant qu’on n est pas encore au point si cela permet de ne pas ressentir de manque et ne pas trop se mettre la pression.”

Justement, pour éviter le manque beaucoup de nos utilisateurs préconisent de consommer des simili-carnés que l’on trouve en magasins bio ou dans nos grandes surfaces, afin de ne pas se sentir à part pendant les repas de famille, par exemple.

Louise nous suggère : “Devenir végétarien demande de revoir légèrement son alimentation, et pas juste de supprimer la viande et le poisson. Il faudrait donc se renseigner, chercher des recettes qui leur donne envie et qui ne les frustreront pas. Et pourquoi pas rejoindre à une communauté de végétariens ? C’est toujours motivant de voir que d’autres pensent comme nous et peuvent nous conseiller.”

Delphine a plusieurs astuces : « On trouve des alternatives alimentaires dans les grandes surfaces (même si ce n’est pas ce que je préconise, mais si cela peut permettre à certaines personnes de franchir le cap alors c’est le résultat qui compte), des alternatives dans les restaurants, des blogs sympas avec de bonnes idées recettes, et une appli Vegg’Up bien utile ! »

Ce qui vous permettra de rester motivé et heureux pendant et après votre changement d’alimentation, c’est de rester fidèle à vos convictions et à vous-même.

Le conseil d’Alexia est le suivant “Pour ceux qui pensent que certains aliments pourraient leur manquer : si votre conviction est là, peu importe laquelle (santé perso ou environnement), elle sera plus forte que tous les manques !”

 

Nous tenons à remercier Isabelle (29 ans), Alexia (29 ans), Cécile (38 ans), Julie (30 ans),  Laëtitia (23 ans), Marie (31 ans), Amélie, Emilie (33 ans), Louise, Delphine, Chrystel, Valérie (47ans), Virginie, Emma, Gaëlle, Jean-Michel, Léopold et Marie-Amélie pour leur temps et leur témoignage.

 

Si vous aussi vous avez envie de nous partager votre expérience, n’hésitez pas à nous l’envoyer ! 😉

 

témoignages utilisateurs

Clara Bellanger
Ici Clara, chargée de communication chez Vegg'up! Quelques infos sur moi: je suis passionnée par l'alimentation végétale, le droit des animaux et j'aime saupoudrer de la bonne humeur sur mon passage!

Les commentaires sont fermés.