Astuces pour limiter ses déchets au quotidien: l’alimentation durable

Comment limiter ses déchets au quotidien, en particulier en cuisine ?

Vous savez, ces « petites astuces » que l’on peut mettre en place au quotidien et qui changent tout ! Vous le savez sûrement, mais le thème de la réduction des déchets est un thème d’actualité auquel nous devrions tous prêter attention. En effet, il y va du futur de notre planète. 🙂

En effet, la semaine Européenne de Réduction des Déchets (SERD) se concentre cette année entre autres sur l’alimentation durable.

D’après la FAO (Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture), « l’alimentation durable désigne l’ensemble des pratiques alimentaires visant à nourrir les êtres humains en qualité et en quantité suffisante ; aujourd’hui et demain : dans le respect de l’environnement, en étant accessible économiquement et rémunératrice sur l’ensemble de la chaîne alimentaire ».

La question de l’accessibilité d’une alimentation « saine et responsable » est tout aussi sensible et importante que celle de la préservation des ressources tout au long de la chaîne alimentaire. En témoignent les débats lors des Etats Généraux de l’Alimentation, à la recherche de
pratiques soutenables pour les producteurs et leurs terres, jusqu’au produits finis et leurs consommateurs.

La prévention des déchets vise à produire moins de déchets à la source « en consommant mieux (consommation de produits peu emballés, écolabellisés), en produisant mieux, en prolongeant la durée de vie des produits et en jetant moins ». Une approche globale de la gestion des déchets, pour responsabiliser, comprendre et agir dans leur rationalisation !

Une alimentation plus soutenable peut paraitre inaccessible pour des questions pratiques ou financières ; mais quand on sait que chaque année, ce sont en moyenne 150kg de nourriture par personne qui sont jetés, dont 1/3 à la maison (29kg) et en restauration collective, et une bonne quantité encore emballée : c’est des aliments et de l’argent que l’on met à la poubelle ! Le gaspillage alimentaire est en effet un enjeu économique et environnemental, mais aussi social et éthique. En effet, ce sont les ressources mobilisées à chaque étape du cycle de production que l’on gâche. Ressources non seulement alimentaires, mais aussi tous les déchets et dépenses d’énergie liés à la production, transformation et distribution des produits que nous avons la chance de trouver en abondance !

Alors en générant moins de déchets à la source, et en réduisant le gaspillage alimentaire : c’est la planète et son porte-monnaie que l’on préserve ! Avec à la clef, de belles écolo-nomies permettant à leur tour de garantir une alimentation plus soutenable pour tous !

Voici quelques astuces pour réduire ses déchets tout au long de la chaine alimentaire…individuelle (ce qui est déjà significatif !).

Avant les courses :

✔ Accrocher un sac pliable à son porte-clefs, ou avoir toujours un sac en tissu dans son sac à main.

Que l’on tombe inopinément sur un étal de produits frais ; ou que l’on ait oublié son cabas le jour des courses… : en ayant toujours un sac pliable sur soi, on limite ses déchets, en évitant d’utiliser des sacs plastiques, difficilement recyclables… Bon, si vous êtes du genre à oublier vos clefs, c’est plus compliqué 😉

✔ Vérifier le contenu de son garde-manger avant tout réapprovisionnement.

Cela permet de faire l’état des lieux de ses stocks et d’éviter de racheter un produit que l’on a déjà. Surtout, cette rapide vérification peut être l’occasion d’un petit rangement : placer les produits à consommer prioritairement à l’avant de l’étagère permet d’éviter de les oublier en les cachant avec les denrées achetées plus récemment.

✔ Cibler ses besoins.

Cet état des lieux de vos placards peut être source d’inspiration pour les repas de la semaine, à partir des produits que vous avez déjà. N’hésitez pas à prendre un moment seul ou en famille pour établir des menus en fonction de vos envies et des produits de saison. Que le système des menus vous aide, ou que vous préfériez une organisation plus souple, en fonction de votre inspiration de dernière minute, vous pouvez établir une liste avant d’aller faire les courses permet de se ne pas être tenté par des produits dont vous n’avez pas l’utilité. Or si vous achetez des denrées qui ne correspondent pas à vos besoins, il y a plus de risques que vous ne les consommiez pas à temps, et qu’ils soient gâchés.

✔ Petite astuce pour être moins susceptible de craquer sur des produits plus fantaisistes que nécessaires : évitez de faire les courses le ventre vide 😉

Dans le cas contraire, le contenu de votre chariot risque d’être moins déterminé par votre raisonnement que par les appels de votre estomac !)

Au moment des courses

✔ Limiter les emballages, autant que possible !

85% des emballages jetés par les ménages sont alimentaires : le plastique est un fléau sanitaire et environnemental qui nuit à la biodiversité. Chaque année, en France on jette 104 kg de déchets plastiques  par seconde, dont seulement 21,4 % sont recyclés. Provoquant étouffement ou famine pour les animaux qui les ont ingérés, pollution du milieu marin, et prolifération d’espèces invasives (source).
Nous vivons dans une société où la demande oriente l’offre : dès que cela est possible, envoyez des messages aux industriels. En refusant d’acheter des dosettes de café, des bananes emballées inutilement ou des madeleines protégées individuellement… Et en privilégiant le vrac ! Plus les consom’acteurs se tourneront vers le thé ou les pâtes en vrac, plus les gammes proposées seront élargies!
Cela permet de limiter ses déchets, et de faire des économies, car les emballages sont intégrés au prix du produit que nous achetons ! Je me souviendrai toujours d’un paquet de céréales bio qui même en promotion antigaspi de -30% , coûtait plus cher que l’équivalent en vrac !

✔ A ce propos : scrutez les promotions « date courte » !

Ils permettent de limitent le gaspillage alimentaire, en concernant des produits toujours consommables ; mais bien moins chers car les normes interdiront leur vente quelques jours plus tard.

✔ On zappe le rayon des bouteilles d’eau en plastique, en adoptant une gourde !

Elle sera très vite rentabilisée car l’eau du robinet coûte bien moins cher que l’eau en bouteille. On préserve ainsi l’environnement, son porte-monnaie et sa santé !

✔ Découvrir les protéines végétales !

Les lentilles, pois chiches et autres légumineuses sont souvent proposés à la vente en vrac, et coûtent bien moins cher que la viande ! De fabuleuses légumineuses qui pèsent moins sur notre budget, et sur les ressources de la planète !

✔ Réutiliser les sacs alimentaires (pour le vrac ou les produits frais).

Vous avez sans doute entendu parler des trois R : refuser ce qui est possible (ce sac plastique qui pour un usage unique consomme et pollue les ressources), réduire le recours à ce que l’on n’a pu refuser (ex : en réutilisant autant que possible les sacs et emballages) et recycler (ou revaloriser !). Pas besoin d’investir dans des sacs en tissu photogéniques pour réduire ses déchets : cela passe déjà par l’utilisation optimale de ce qu’on a déjà !

✔ « Moins mais mieux », ce n’est pas que pour les bobos !

Ce sachet de 1kg de pommes traitées est, je vous l’accorde, bien moins cher que son équivalent bio. Mais au vu de mes finances, je n’ai tout simplement pas les moyens de contribuer à la détérioration de ma santé et de celle de la planète, en achetant des produits vides nutritionnellement et gustativement, mais bourrés de substances nocives. Alors je me tourne vers les produits frais locaux, avec le moins d’emballages, et le plus possible en agriculture raisonnée. Car une pomme non-traitée contient beaucoup plus de nutriments qu’une pomme certes calibrée et brillante, mais pleines de pesticides. Donc on en achète moins…mais mieux ! Et quel plaisir de retrouver les vraies saveurs que la nature nous offre !

En rentrant des courses

✔ Rangez les denrées perissables avant de vous accorder une pause bien méritée

On range au frais les denrées périssables : surtout les produits surgelés, pour éviter tout gaspillage à cause d’une rupture de la chaine du froid (ce serait dommage, elles avaient l’air bien bonnes ces glaces !).

✔ Astuces pour les placards et le frigo

Je vous conseille de ranger à l’avant les produits à consommer en priorité, pour ne pas les oublier. Et de noter la date d’ouverture des produits entamés.
A noter : la zone du frigo la plus froide se situe en haut, c’est donc là qu’il faut conserver les denrées les plus fragiles.

✔ Où conserver vos fruits et légumes ?

N’en déplaise aux bonnes manières gastronomiques : certains fruits et légumes se conservent mieux dans le bas du frigo qu’à l’air libre dans le panier à fruits. Surtout si vous faites les courses pour toute une semaine. Toutefois, une salade ou des carottes se conserveront bien mieux dans un verre d’eau sur le plan de travail, que dans le bac à légumes du frigo 😉

✔ Pas de gâchis d’eau !

Si vous lavez vos fruits et légumes avant de les ranger : pensez à récupérer l’eau (pour les toilettes ou les plantes) !

A ce propos, ne jetez pas l’eau de cuisson des pâtes, du riz ou des légumes : elle fait un bon répulsif naturel pour les plantes.

✔ Pour économiser du temps et des ressources en cuisinant tout en même temps, découvrez le « batch cooking » !

Il s’agit de prendre environ deux heures dans une journée (si possible à plusieurs mains et en musique ! ) pour préparer les repas de la semaine, et les bonnes recettes que vous avez prévues de tester. Ce peut être aussi l’occasion de cuisiner en grande quantité, et de congeler des portions. N’hésitez pas à procéder ainsi pour les légumineuses, qui demandent plus de temps de préparation. Cette organisation permet de cuisiner ses propres plats, et de
n’avoir plus qu’à les sortir les soirs (et midis) de semaine, ce qui évite de céder aux plats préparés suremballés et bien moins savoureux 😉

✔ La congélation automatique

Que ce soit pour les repas des jours à venir ou non : dès que je cuisine une préparation et que j’ai un doute sur le moment où je vais consommer les quantités restantes : je les congèle ! Cela vaut aussi pour les légumes. Si j’ai du temps pour les préparer, je les préserve au congélateur, plutôt que de les voir perdre au fil de la semaine !

✔ Parlons bien, parlons dates

Les normes qui les régissent sont bien souvent trop rigides pour des raisons tant qualitatives que…marketing ! Et entrainent un gaspillage inconsidérable !
La DLC, « date limite de consommation » : concerne les denrées très périssables, pouvant représenter un danger si elles sont consommées au-delà (viandes, poissons, charcuterie, plats préparés…).
La DDM (ancienne DLUO) « date de durabilité minimale » indique la date à partir de laquelle les qualités nutritionnelles ou gustatives du produit peuvent s’altérer (farines, céréales, biscuits secs). Mais le produit reste consommable !
N’ayez crainte de consommer yaourts, biscuits secs, lait UHT (végétal ou animal), condiments et évidemment pâtes/riz/semoule : au-delà de la DLUO !
Alors fiez-vous à vos (bon) sens ! Si la qualité du produit n’est pas altérée, ne vous privez pas de le consommez !
Pain perdu, tiramisu, cheesecake.. : retrouvez ici des recettes végétales que vous pouvez détourner en cuisine zéro gaspi avec du pain rassis, des biscuits secs !

✔ Et vos déchets, on en fait quoi ?

Si déchets alimentaires il y a, composter vous permettra de réduire la taille de votre poubelle (et donc de la descendre moins souvent) !

Et ces astuces ne concernent que l’aspect alimentaire de la prévention des déchets ! Quelles sont vos astuces pour limiter les déchets au quotidien ?

 

réduire ses déchets en cuisine

 

Cet article a été rédigé par Mathilde du blog Qu’on se le dise.

Son Instagram est @quonseledise

Clara Bellanger
Ici Clara, chargée de communication chez Vegg'up! Quelques infos sur moi: je suis passionnée par l'alimentation végétale, le droit des animaux et j'aime saupoudrer de la bonne humeur sur mon passage!

Les commentaires sont fermés.